Tout à un prix !

le réméré à un coût , oui MAIS ...!!
le réméré à un coût , oui MAIS ...!!

 

Si le réméré ou vente avec faculté de rachat est regardé avec méfiance , c'est peut-être notamment, du fait de l'image négative véhiculée, de l'épargnant venant au secours de gens dans le besoin et en grand désarroi en contrepartie d'une rémunération confortable.

Tout d'abord, le recours au réméré ne peut se concevoir que lorsque toutes les solutions de financements ont été épuisées, quelles soient bancaires, familiales, amicales, privées, apports de trésoreries récupérées de  ventes de biens ou valeurs mobilières et que le temps manque pour la vente du patrimoine immobilier au prix du marché . Le réméré c'est donc la sauvegarde de son patrimoine, que ce dernier soit le fruit du dur labeur des générations précédentes ou de son propre travail. Ce n'est pas rien !

Tous les jours nous consommons des services proposés par des prestataires divers dont les compétences, a quelque niveau que ce soit, sont cruellement nécessaires pour que nous puissions sauvegarder notre qualité de vie, notre confort, notre intégrité et si nous critiquons parfois le coût de ces prestations, l'image du « gros profiteur» venant à notre aide, ne nous viendrait pas à priori à l'idée. Le prix est la contrepartie de la qualité et/ou de la portée de la prestation fournie, du service rendu  et dans notre Société,  cela se paie.

Revenons au réméré.

Toute personne ayant subi un accident de la vie ou étant surendettée et en passe de perdre son patrimoine, tout couple souhaitant se séparer et étant bloqué par le partage patrimonial, n'est pas indifférent au coût du réméré mais doit faire, avant de prendre la décision de vendre à réméré, tant le bilan financier et économique que celui de Vie : comment recommencer à vivre si son patrimoine est saisi et quelles conséquences financières induites ? Il y a t-il la possibilité ou non de se reloger correctement et avec quelle compatibilité avec son lieu de travail ? A quel coût de location avec les frais inhérents (caution, frais d'agence, abonnements divers) ?, quid de la scolarité des enfants, incidences sur la santé de la famille, la vie de couple etc.

Tout professionnel en mal cruel de trésorerie pour sauver son outil de travail peut et doit de son côté se projeter sur la perte de son activité et donc de ses revenus, sur les conséquences dramatiques pour son éventuel personnel, sur sa responsabilité morale, sans compter les terribles tensions relatives à la gestion postérieure à la perte de l'entreprise.

Ces conséquences immatérielles, psychologiques, matrimoniales de ceux qui font le choix de rester passifs devant leurs difficultés ne peuvent pas être chiffrées mais sont loin d'être négligeables : elles doivent être prises en compte dans l'appréciation du coût global de la vente à réméré et de ses conséquences.

Si après la lecture de ces quelques lignes il y a des détracteurs de la vente à réméré, que ces derniers, s'ils se trouvent un jour en situation, sachent qu'ils auront toujours le choix et notamment celui de ne pas faire...............mais qu'ils en assument alors toutes les conséquences.

Tout à un prix !

 

Jean-Marie Deletrain

Écrire commentaire

Commentaires: 0